Nettoyage du grain Mise en marche des meules
 

La trémie

La trémie ou cornalher, est un entonnoir de bois en pyramide retournée, où sont versées les céréales à moudre. Certaines trémies sont décorées de sculptures parfois très artistiques dans la partie avant c'est-à-dire la face prolongée par l'auget. Si la trémie du moulin de la Mousquère n'a aucune décoration, et si celles de Sazos sont à peine ébauchées, l'application qui a été apportée à la trémie du moulin de Sarlabous est remarquable. Toutes ces trémies reposent sur un cadre rarement travaillé. Celui du moulin de Sarlabous est une exception. Le moulin d'Arcizans-Dessus a des meules encastrées l'une dans l'autre. On n'a donc besoin ni archures pour les recouvrir, ni cadre pour tenir la trémie. Cette dernière ne pouvant s'appuyer sur ces éléments sera suspendue à une poutre. Peu de moulins avaient adopté ce système.

L'auget

Le grain contenu dans la trémie,  descend dans l'auget ou esclop en forme de sabot. L'esclop est taillé dans du tilleul car le frêne et le chêne, plus durs et cassants ne peuvent être utilisés.

Présentation ci-dessus des augets du moulin de la Mousquère, du moulin de Mendagne, démonté lors de sa restauration, et du moulin de Saoussas. Pour accélérer l'écoulement du

grain, on peut faire varier la position du sabot grâce à un système de régulation de la pente par ficelle et contre poids : le baille blé.

Le cabalet et le frayon

 

L'auget se termine très souvent par la tête d'un cheval : le cabalet. Il ne s'agit pas là d'une note uniquement artistique mais d'un élément essentiel pour réguler le versement du grain. Le manche de l'auget fait avec le frayon (cornilhet dans notre région, babillard en Bretagne, fuseau ou quenouille en Provence) un couple indissociable. Il va en effet frotter contre cette pièce verticale recouverte de taquets de buis à sa base qui tourne avec la meule, car elle prolonge l'axe du rouet. Cette rotation et ce frottement vont transmettre des secousses régulières et provoquer un mouvement de va et vient latéral de l'ensemble de l'auget. Le grain tombe ainsi régulièrement dans l'oeillard de la meule supérieure. Le contact répété du manche de l'auget, produit le bruit bien connu appelé "tic tac" ou "trica traca" caractéristique des vieux moulins.

L'aspect artistique du cabalet est très variable. Il peut être simplifié comme aux moulins de Villelongue et des Angles ou plus soigné comme au moulin de la Mousquère ou encore plus élaboré et même d'excellente facture au moulin à vent Bénazeth à Villeneuve Minervois.

Le cornilhet est une pièce en forme de quille que le meunier travaillait au tour pour lui donner aussi un aspect décoratif comme ici aux moulins des Angles, de Sarlabous et de Sazos.