Situation La vallée d'Aure La Mousquère Un patrimoine millénaire Un moulin de montagne
 
Un meunier fermier
 

Les meuniers qui se sont succédés au moulin de la Mousquère auront vécu et travaillé conformément aux traditions ancestrales qui ont marqué le millénaire. Au service des seigneurs d'Estensan puis de la communauté de paysans de Sailhan et d'Estensan, ils auront toujours été, quel que soit le propriétaire, des meuniers fermiers. Le meunier se payait en nature, en prélevant une partie des céréales qu'il devait moudre. Il mesurait son dû en soutirant du grain avec ses deux mains réunies : la pugnère. Dans le canton de Vielle Aure, de 1907 à 1914, l'usage autorisait le meunier à prélever pour prix de son travail 1/20 du grain à moudre. Dans certains endroits, Castelnau Rivière Basse ou Pouyastruc, à la même époque, le paiement pouvait aller jusqu'à 1/15 ou 1/16 du grain amené. En espèces et selon les villages le prix variait alors entre 1 franc par hectolitre, Argelès Gazost et 1,25 franc par hectolitre, La Barthe. Il y avait donc peu d'écart de rémunération entre les différents moulins des Hautes-Pyrénées.

Si le moulin de la Mousquère garde pour lui bon nombre de secrets sur la vie de ces hommes, il nous offre tout de même les noms des 12 derniers meuniers qui se sont succédés pour le faire vivre de 1816 à 1960. Il est à noter qu'une meunière, Francine Ladrix le fera fonctionner en 1914 au début de la première guerre mondiale. Elle supprimera l'obligation de fournir une barrique de vin au moulin, obligation qui faisait partie du bail d'affermage. En effet les paysans avaient des pommiers et buvaient du cidre. Ils avaient peu d'argent pour se payer du vin. Trouver cette barrique au moulin était une marque de convivialité appréciée du client qui était obligé d'attendre que son grain soit moulu et tamisé.

Ces 12 meuniers sont : Innocent NARS, Pierre CURIE, Marc RIBATET, Antonio LOSTE, Bernard RIBATET, Jean CARRERE, Francine LADRIX, Jean LADRIX, André DARAN, Joseph LOSTE, Léon DARAN et Barthélémy FERRAS.

 

Barthélémy Ferras, dernier meunier du moulin de la Mousquère, né en 1927, vit encore à Sailhan. IL est toujours prêt à parler de son activité passée avec gentillesse et passion, à raconter des anecdotes sur "l'ancien temps".