Elevage et pastoralisme au Mali dans la région de Tombouctou

 

La région de Tombouctou est située au nord du Mali. Elle est divisée en cinq cercles : Goundam, Diré, Tombouctou, Gourma Rharous et Niafunké. Chaque cercle comprend plusieurs communes rassemblant chacune des villages plus ou moins nombreux. Quatre grandes zones de peuplement sont réparties dans la région de Tombouctou : la zone des lacs, le Gourma, la vallée du fleuve et le Haoussa.

Le fleuve Niger est la principale ressource en eau. Il traverse la région sur 400 km  alimentant un système de mares et de lacs : Fati, Télé, Tanda, Horo, Faguibine... La plupart de ces mares et lacs connaissent depuis plusieurs années des baisses de niveaux importantes dues à la faiblesse des précipitations, à l'irrégularité des crues et à

 

l'ensablement. Malgré les difficultés rencontrées, l'économie des ménages de la région repose sur le secteur primaire : agriculture, élevage, pêche.

  L'élevage occupe près de 60 % de la population. Les petits ruminants constituent la source de revenus la plus importante.

Ce petit élevage familial est présent dans tous les villages : moutons, chèvres et volaille...

L'âne est lui aussi très fréquent, c'est l'animal de trait par excellence.

La répartition du cheptel sur le territoire montre que l'élevage est pratiqué dans l'ensemble de la région. Mais cet élevage varie selon l'espèce animale, le lieu et la saison, ce qui lui confère son caractère très mobile et transhumant. Les zones de concentration des troupeaux en saison sèche se trouvent dans la vallée près du fleuve alors qu'en hivernage, les troupeaux se dispersent un peu partout dans le Gourma et le Haoussa loin des aires de culture.

L'élevage pratiqué dans la région est de type extensif selon trois modes : transhumant, nomade et sédentaire.

L'élevage transhumant - C'est le système le plus pratiqué dans la région. Il est basé sur l'exploitation des pâturages et des points d'eau disponibles à certaines périodes de l'année. A l'intérieur de la région, la transhumance a lieu entre les pâturages d'hivernage (pâturages exondés) et de saison sèche (bourgoutières).

L'élevage nomade - Il se caractérise par la recherche permanente de pâturages et d'eau sans point fixe d'attache. Il s'effectue aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de la région.

L'élevage sédentaire - C'est un type semi extensif pratiqué surtout par les ménages agriculteurs ou agropasteurs qui confient leurs animaux à des bergers. Le bétail pâture loin des villages et des centres urbains. Les effectifs, plus réduits, se limitent à quelques moutons, chèvres et surtout bovins. Ces troupeaux sont exploités pour couvrir les besoins en viande des ménages.

Du fourrage est réparti dans les villages ainsi qu'à proximité des champs sur la route des troupeaux....

 

L'eau est tirée de puits creusés dans  les villages ou à l'extérieur dans les zones les plus accessibles. Des mares permettent une alimentation en eau toute l'année. Cependant le déficit de pluviométrie croissant fait diminuer dangereusement leur niveau...

L'élevage des camelines caractérise la moitié nord du Mali. C'est une espèce très résistante qui s'adapte parfaitement aux conditions naturelles très difficiles de cette zone désertique.

Les dromadaires, improprement appelés chameaux, sont les seuls animaux à pouvoir affronter la rigueur du climat saharien...

Des caravanes de dromadaires partent chaque année pour un long périple de 700 kilomètres, de Tombouctou à Taoudenni pour récolter le sel qui servira à l'alimentation des animaux.

Taoudenni se trouve au nord du Mali, dans le Sahara, zone désertique ou seul le dromadaire peut survivre. Le transport par camion concurrence actuellement cette activité ancestrale.

Les pains de sel sont taillés en blocs d'un kilogramme. Ci-contre un étal de revendeur sur le bord du Niger, au marché de Mopti.

 

 

Cette page est dédiée à Ibrahim Témé agriculteur à Yendouma qui m'a guidé à travers le Pays Dogon en mars 2006
et à la délégation de Niafunké qui a visité la Maison Pyrénéenne du Pastoralisme à Azet en juin 2006.

Signature d'une convention de coopération décentralisée entre :

l'Association "Maison Pyrénéenne du Pastoralisme d'Azet", sise à la Mairie d'Azet (65170 AZET-FRANCE) représentée par son Président, Jean-Michel CARROT,
et
la "Coopérative des éleveurs de Niafunké", sise à Niafunké, République du MALI, représentée par son second Vice-Président, Moustapha WANE.

Cliquez sur la photo pour plus de détails.

 

Haut de page