Céréales d'Afrique... Au coeur du Mali... Le Pays Dogon...

 
Mil ou millet Sorgho Grenier dogon
Céréales d'Europe
 

L'économie du Mali est avant tout agricole. 80% de la population active travaille dans ce secteur. Mais la production agricole est faible souffrant à la fois d'un manque d'infrastructure et de rendements faibles liés aux variations climatiques. En dehors de la région de Sikasso, l'autosuffisance alimentaire n'est pas assurée. La superficie des terres effectivement cultivées est estimée à 3 millions d'hectares soit 10% des terres arables. Le potentiel des terres irriguées est estimé à environ 1 million d'hectares. Seul 130000 hectares sont actuellement complètement exploités. L'agriculture est pratiquée par 630 000 petites exploitations familiales. La superficie moyenne est de 4,5 hectares mais 40% des exploitations ont une superficie inférieure à 3 hectares.

Les céréales viennent en tête de la production agricole. Ce sont le mil, le sorgho, le riz et le fonio.


mil

millet séché

Le mil est un terme usité surtout en Afrique pour désigner un groupe de céréales secondaires très cultivées dans ce continent, le millet. Il existe cependant de nombreuses espèces de millets appartenant à plusieurs genres différents. Généralement quand on parle de mil sans autre précision, il s'agit du millet perle qui est la plus cultivée de toutes les espèces de millets (environ 50% des surfaces) En général, les statistiques englobent toutes les cultures de millets dans une seule rubrique. La production mondiale est estimée à 28 millions de tonnes (soit environ 1,5% du total céréalier) dont 95% viennent de l'Afrique et de l'Asie.

Dans les pays du Sahel, en Afrique de l'Ouest, le mil, culture vivrière importante pour la sécurité alimentaire de ces pays, représente souvent plus de 30% de la production céréalière totale. Il s'agit généralement d'une culture extensive, pratiquée sans irrigation, ni engrais. Les rendements dans ces conditions sont très bas entre 200 et 500 kg par hectare. Il y a peu d'échanges au niveau du commerce international, la production étant le plus souvent autoconsommée.

Le millet est préparé surtout sous forme de bouillie et de galettes. La farine de mil devient rapidement rance et ne peut être conservée longtemps. Traditionnellement, le grain est pilé dans un mortier. De plus en plus on mécanise cette préparation. Le grain est alors passé dans une décortiqueuse et un moulin à farine, ce qui évite un travail laborieux et améliore la qualité de la farine. La teneur en protéines des différents mils, et leur qualité, se compare à celle du blé ou du maïs. C'est un aliment énergétique et nutritif.

Le mil est écrasé dans un mortier à l'aide d'un pilon...

Haut de page

Le sorgho

 

Le gros mil désigne une autre céréale, le sorgho, graminée céréalière et fourragère. Le sorgho grain ressemble au maïs. Son appareil racinaire plus profond lui permet cependant de résister à la sècheresse. C'est une plante de 1 à 3 mètres de haut, à tige cylindrique pleine portant une inflorescence terminale en panicule compacte. Celle-ci regroupe des épillets d'une ou deux fleurs bisexuées. La graine mesure 4 mm environ. A maturité sont taux d'humidité est encore relativement élevé (25 à 30%) et la récolte doit être séchée rapidement.

Cette plante contient un glucoside, la durrhine, qui est toxique car elle entraîne la formation d'acide cyanhydrique. Cependant la teneur en durrhine diminue au fur et à mesure de la croissance et surtout après la floraison. Il est préférable de cuire les grains à la vapeur avant de les consommer. Le sorgho peut être aussi réduit en farine.

Haut de page

Le grenier dogon...

Au centre du Mali, dans la région de Mopti, le long de la falaise de Bandiagara, au coeur du Pays Dogon, les céréales sont conservées dans des greniers typiques, à l'architecture unique et originale. Les murs sont dressés avec des briques de terre, cuites au soleil, et recouverts d'un crépi. Ils forment une tour de base carrée sur laquelle est posé un toit conique en paille de mil. Les ouvertures sont fermées par des volets sculptés en demi-relief. Dans les villages on trouve aussi des autels sur lesquels on a déversé, selon la tradition de la bouillie de mil.

à Yendouma Ato, greniers du Pays Dogon

 

 

 

 

 

 

 

autels recouverts de bouillie de mil

 

Cette page est dédiée à Ibrahim Témé agriculteur à Yendouma qui m'a guidé à travers le Pays Dogon en mars 2006.

Haut de page