La chambre à eau La roue - Le rouet
 
L'eau énergie motrice
 

Un barrage, la pachère, freine le courant du cours d'eau. Des pieux en bois, des troncs d'arbres, des dalles de schistes ou des blocs de granit comme au moulin de la Mousquère, détournent une partie de l'eau vers le bief appelé aussi canal d'amenée. Une vanne règle le volume de l'eau prise dans le torrent. Elle peut servir à couper l'alimentation du moulin (mise en chômage). Une autre vanne, de délestage (ou dessablage), entre le barrage et la berge, permet de nettoyer la retenue en faisant partir graviers, cailloux et sable qui s'accumulent près de la prise d'eau lorsque le torrent est en crue. Entre la digue et la berge opposée, une passe à poissons a été aménagée.

 
 

 

Sur une centaine de mètres, en pente douce et régulière, le canal d'amenée ou bief, dirige l'eau  vers le moulin, jusqu'à un bassin, appelé sas. Ce canal autrefois en terre, empierré par endroits, était soigneusement entretenu par le meunier pour éviter qu'il ne se comble. Il était propriété du moulin ainsi qu'une bordure de chaque côté afin de préserver l'accès à la prise d'eau.

Du sas part une dérivation, le biradé, déversoir ou trop plein qui peut soit contourner le bâtiment du moulin pour rejoindre le flux ayant servi à faire tourner les meules, soit se jeter directement dans le torrent.

Le déversoir est ouvert pendant le fonctionnement du moulin lorsque le débit est trop important: fonte des neiges au printemps, orages en été.

L'été, durant la nuit, entre les périodes des foins (juin) et du regain (septembre), les vannes d'alimentation et du déversoir sont fermées pour permettre l'arrosage des prés.

Le débit d'entrée de l'eau sous le moulin est réglé par les vannes d'alimentation et de trop plein.

La vanne d'alimentation dirige l'eau dans une rigole d'une dizaine de mètres, à forte déclinaison, autrefois en bois : le coursier.

Deux rouets étaient en activé lorsque le moulin fonctionnait mais un seul a été rénové.

Le coursier prolongé par un conduit en bois en forme de U pénètre dans la chambre à eau. Une planche est fixée et articulée sur ses rebords. Elle est reliée par une chaîne à une poignée située dans la chambre des meules.

Lorsque l'eau passe sur la planche de dérivation, la meule supérieure dite tournante est arrêtée.

Lorsque l'eau passe sous la planche de dérivation, elle frappe les aubes du rouet, le met en activité, entraînant dans le même mouvement de rotation l'arbre et la meule supérieure.

Après avoir traversé la chambre à eau et actionné les deux rouets des meules et le rouet du blutoir, l'eau sort, suit le canal de fuite et se jette dans le torrent.

La chambre à eau du moulin de la Mousquère est grande pour un moulin de montagne. Un homme adulte peut y pénétrer en se tenant presque droit. Elles d'habitude plus basses et plus étroites.

 

Haut de page