Déplacer la souris sur les mots surlignés en blanc pour visionner l'image correspondante...
 
[A] [B] [C] [D] [E] [F] [G] [H] [I] [J] [K] [L] [M] [N] [O] [P] [Q] [R] [S] [T] [U] [V] [W] [X] [Y] [Z] [ Sommaire ] [ Accueil ]
Oeil ou oeillard

Trou circulaire central de la meule supérieure qui permet l'introduction du grain entre les meules.
Ouverture dans le mur d'un moulin à roue verticale pour le passage de l'arbre moteur.

Opérateur

Couple des meules dont l'une tourne au-dessus de l'autre, fixe. Diamètre : 1 à 2 m ; épaisseur : 15 à 30 cm.
Ce couple est aussi

nommé un "tournant".

Pales

- Rectangles de bois encastrés perpendiculairement dans un moyeu, renflement à la base de l'axe vertical, dans un moulin à roue horizontale. Le courant, orienté vers un côté de l'axe, met la roue en mouvement.
Un premier progrès a consisté à disposer obliquement ces pales. Elles ont pu

 ensuite être creusées, courbées, multipliées, cerclées...
- Rectangles de bois fixés sur la jante d'une roue verticale actionnée en-dessous ou en-dessus.

Panne meulière

Pièce de bois du châssis supportant la meule gisante. Ce châssis est composé de quatre madriers sur le dessus desquels on pratique des entailles nécessaires pour assurer une parfaite fixation et une rigoureuse horizontalité.

Paradoxe du meunier

Transformant le grain en farine grâce à une machine utilisant des énergies naturelles gratuites, le meunier semble gagner sa vie sans rien faire. Le paradoxe tient au fait qu'il ne produit aucune oeuvre (au contraire des artisans fabricateurs d'objets) et qu'il tire de son métier une aura et des avantages à la fois réels et symboliques (représentations sociales).
Il est vrai que la farine produite et le pain conditionnent le devenir de l'humanité ; son dynamisme démographique en dépend, la paix sociale aussi.

Passe-lisse, passière

Voir Dégorgeoir.
Passage dans la partie d'un cours d'eau laissé libre par interruption d'un barrage ou d'une digue. Courant de pente assez forte permettant - non sans danger - le passage de barques ou de bois flotté.

Patron, saint

On peut dénombrer entre 30 et 40 saints patrons de meuniers. Ce qui démontre indirectement que le métier de meunier n'existe pas dans les premiers siècles du christianisme. La conséquence est qu'il n'existe pas de "spécialiste de la meunerie" dans les béatitudes célestes. Les meuniers se voient donc proposer des saints dont le martyre a quelque rapport, parfois lointain, avec la roue, la meule,le foulon...
Catherine, Martin, Victor, Vincent, Winoc sont les principaux. A moins que compte tenu des "vices" attachés à ce métier, ce ne soit le diable !

Pilon-mortier

Couple qui permet d'écraser le grain par un mouvement alternatif vertical.
(Afrique : femmes pilant le mil)

Pivot

Dans les moulins à eau ou à vent conduits par dessous, axe moteur au sommet duquel la meule tournante se trouve en équilibre (par l'anille).
Dans les moulins à vent conduits par dessus : petit fer supportant la meule tournante par l'anille entraîné par le gros fer moteur.
Arbre vertical enfourchant la croisée des soles, et étayé par liens et faux-liens, au sommet duquel est montée la cabine d'un moulin à vent.

Piquage Voir Rhabillage.
Poêle Voir Crapaudine.
Poitrine (roue de poitrine)

Roue hydraulique à augets mue par l'eau motrice entre le niveau de l'axe et son sommet. Elle reçoit cette eau grâce à une vanne inclinée ou courbe aussi proche que possible de sa courbure.
Voir Côté (roue de côté).

Proto-industrialisation

Période intermédiaire (pour la meunerie : seconde moitié du XIXè siècle) pendant laquelle les entreprises artisanales périclitent alors que les premières entreprises industrielles (minoteries) se développent.
La proto-industrialisation se caractérise par :
- une production destinée à un marché lointain (hors région, voire colonies)
- la création d'emplois d'appoint dans les campagnes qui voient leur sort momentanément amélioré (paysans-ouvriers)
- la symbiose avec le développement régional d'une agriculture commerciale.
Peut désigner aussi l'ensemble des changements techniques qui permettent la modernisation des moulins et leur affranchissement des inconvénients des énergies naturelles.

Quenouille

Frayon d'un moulin à eau constitué d'une pièce de bois en fuseau montée sur le centre de l'anille et munie de nervures métalliques destinées à imprimer des secousses à l'auget pour une alimentation régulière de la meule (tic-tac, claquet, traquet...).

[A] [B] [C] [D] [E] [F] [G] [H] [I] [J] [K] [L] [M] [N] [O] [P] [Q] [R] [S] [T] [U] [V] [W] [X] [Y] [Z] [ Sommaire ] [ Accueil ]