Déplacer la souris sur les mots surlignés en blanc pour visionner l'image correspondante...
 
[A] [B] [C] [D] [E] [F] [G] [H] [I] [J] [K] [L] [M] [N] [O] [P] [Q] [R] [S] [T] [U] [V] [W] [X] [Y] [Z] [ Sommaire ] [ Accueil ]
Manivelle-bielle (ou bielle-manivelle)

Dans un moulin à scier mû par l'eau ou le vent, système mécanique destiné à transformer le mouvement circulaire continu de l'arbre moteur en mouvement rectiligne alternatif.

Méteil

Mélange de céréales, gaboret...

Meule(s) roulante(s)

Meule unique ou meules jumelées roulant verticalement sur une table circulaire aux bords relevés pour y écraser des graines oléagineuses. Le couple des meules est conduit par un arbre vertical.

Meules, couples de meules

Opérateur formé par le meule inférieure immobile et la meule supérieure tournante. Ces meules ont des formes et des caractères complémentaires d'où la notion de couple (qu'on interprète symboliquement en masculin-féminin).

Meules françaises

Meules constituées de carreaux de pierre assemblées au plâtre et fortement cerclées. La qualité des pierres est choisie en rapport avec leur fonction et leur emplacement :
- le coeur concasse le grain
- l'entrepied l'écrase
- le feuillure cure les sons.
Ces meules à structure nouvelle sont fabriquées au XIXè siècle par les entreprises meulières de la Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne), Epernon (Eure-et-Loir), Etréchy (Seine-et-Oise), qui ont formé en 1880 la Société Générale Meulière. Réputées les meilleures, ces meules françaises furent exportées dans toute l'Europe et jusqu'aux Amériques (connues sous l'appellation anglaise "french burr stones").
Le travail dans les carrières et usines meulières est très pénible et dangereux.

Meule inférieure

Meule fixe dite gîte, gisante, dormante, lit...

Meule supérieure

Meule mobile, opérant le travail de mouture. Dite tournante, courante, volante ou volant...

Meules (premier jeu)

Le premier jeu de meules est pour le blé, elle est dite "mole bladère".

Meules (second jeu)

Le second jeu de meules est pour les céréales secondaires, mil, seigle, maïs, elle est dite "mole milhère".

Meunerie traditionnelle

Du XIXè aux XIXè-XXè siècle "industrie" caractérisée par l'utilisation des énergies naturelles (eau et vent), des opérateurs naturels aussi (meules de pierre) et par le statut artisanal (dépendant ou indépendant) du meunier.
Industrie fondamentale des sociétés paysannes européennes qu'on qualifie parfois de sociétés "frumentaires" pour exprimer la primauté de la production céréalière.

Meunier

Terme à significations sociales multiples :
- le propriétaire du moulin (le roi Henri IV se disait meunier des moulins de Barbaste),
- l'exploitant du moulin : celui qui gouverne ou conduit les machines ;
- le commis du meunier : garçon, apprenti, farinier, chasseur de grain...

Minoterie

Meunerie passée du stade artisanal  au stade industriel. Un étape transitoire est marquée par le remplacement des vieilles roues hydrauliques par les turbines qui utilisent encore l'énergie naturelle de l'eau.
La minoterie moderne est caractérisée par :
- une énergie artificielle indépendante des forces naturelles : vapeur, hydrocarbures, électricité ;
- une capacité de mouture accrue : les cylindres remplaçant progressivement les meules ;
- l'association à la mouture d'autres opérations : nouveaux nettoyeurs, nouveaux blutoirs mécaniques remplacés après 1880 par les plansichters ;
- la transmission des mouvements ne se fait plus par engrenages mais par courroies.

Moulin à manège

Meules montées sur un chariot, entraînées par un manège mu par deux chevaux (moulins de guerre de l'ingénieur Pompée en 1606 ; moulins Jarry de l'époque révolutionnaire).
Hangar sous lequel des chevaux attelés à un manège tournent les meules (horizontales ou verticales).
Dit aussi "moulin à sang".

Moulin à papier

Moulin à foulon dont les batteries de maillets écrasent des chiffons préalablement déchirés, mis ensuite à macérer de façon à produire une pâte laiteuse : pâte à papier.

Moulin manuel, dit à main, domestique, gallo-romain

Ce type de moulin, de petites dimensions (environ 30 cm de diamètre), comporte deux meules dont la supérieure est mise en mouvement à la main. Il traverse toutes les époques du néolithique au XXè siècle ; interdit par le monopole de la banalité, il réapparaît au moment des restrictions (deuxième guerre mondiale).

Moulin médiéval

Moulin à eau ou à vent équipé de deux meules semblables horizontales en forme de deux gros disques de pierre, l'une mobile, l'autre fixe.

Moulin-pendant

Type de moulin hydraulique dont le(s) couple(s) de meules est(sont) supporté(s) par un plancher établi sur des piliers, pilotis ou dans l'arche d'un pont. Le récepteur vertical (grosse roue à pales nombreuses) est muni sur une de ses couronnes d'alluchons et fait donc fonction de roue de fosse ; il est monté sur un châssis suspendu par quatre poteaux verticaux qu'on peut abaisser ou élever, en fonction du niveau du fleuve, grâce à un cric ou vérin dont chacun est muni. Architecture typique : le moulin enjambe sa grande roue et son toit comprend des lucarnes qui apportent le complément de hauteur nécessaire à l'élévation du châssis de la roue lors des grandes eaux. Connu dans les pays de Loire et de Seine.

Moulin romain

Moulin en forme de gros sablier comprenant le catillus (meuble biconique) qui tourne sur la meta (borne) qu'il emboîte.
Mû par des animaux (âne, mulet, cheval), des forçats ou des esclaves, propriété d'un boulanger.
Rome, Pompéi, Herculanum, colonies romaines d'Afrique du nord, Espagne, France (cippe de Narbonne).

Moulin sarrasin

Appellations qui rappelle les liens historiques du Midi occitan avec la péninsule ibérique.
Situés sur les cours d'eau intermittents de Provence et de la bordure méridionale du Massif Central, ce sont des casemates submersibles constituées d'une seule pièce que le meunier abandonne pendant les crues.
Moulins submersibles ou moulins notés connus aussi en Espagne et au Portugal.

Nettoyage

Opération qui consiste à éliminer les impuretés (cailloux, poussières, graines défectueuses...) du grain destiné à la mouture. Deux types de procédés :
Nettoyage à sec :
- à la main, dans un van ou un crible (dès le XIIIè siècle)
- à l'aide d'un tarare
- à l'aide d'un trieur mécanique à manivelle
- par un nettoyeur (mû par le moulin) de Drancy (1785), de Gravier (1807).
Nettoyage par voie humide :
- par un laveur-sécheur qui sépare les impuretés du grain par gravité.
Un bon nettoyage préalable des grains est le gage d'une bonne qualité de farine.

[A] [B] [C] [D] [E] [F] [G] [H] [I] [J] [K] [L] [M] [N] [O] [P] [Q] [R] [S] [T] [U] [V] [W] [X] [Y] [Z] [ Sommaire ] [ Accueil ]