Déplacer la souris sur les mots surlignés en blanc pour visionner l'image correspondante...
 
[A] [B] [C] [D] [E] [F] [G] [H] [I] [J] [K] [L] [M] [N] [O] [P] [Q] [R] [S] [T] [U] [V] [W] [X] [Y] [Z] [ Sommaire ] [ Accueil ]
Câble, chable, filoche

Câble pour lever la meule courante.

Cahiers de doléances

Doléances : demandes et représentations faites par les députés des Etats provinciaux ou des Etats-Généraux, et transcrites sur des cahiers séparés par ordres : Clergé, Noblesse, Tiers-Etat. Ces cahiers étaient résumés au niveau du baillage, du gouvernement et du royaume avant d'être présentés au roi.
Dans les Cahiers de 1789 les meuniers sont souvent présentés comme des ministériaux rapaces aggravant illicitement le poids des banalités.

Caisse

Huche ou caisse farinière.

Caisson

Voir Auget.

Cames, Arbres à cames

Arbre moteur muni de bossages transformant le mouvement circulaire en mouvement alternatif, soulevant puis laissant tomber successivement une série de pilons ; ou bien actionnant des maillets ou des marteaux (foulons, martinets).

Canal d'amenée (voir Bief)

Conduit artificiel, aussi rectiligne que possible et à très faible pente, issu d'une chaussée située sur un cours d'eau en amont alimentant régulièrement en eau le récepteur d'un moulin à eau.

Canal de fuite (voir Bief)

Conduit à pente accentuée aménagé en aval d'une roue hydraulique, destiné à évacuer rapidement les eaux rejetées par les pales pour les reconduire au cours d'eau.

Carrières de meules

Chantiers souvent souterrains, d'extraction de la pierre destinée à fournir des meules (calcaire dur, grès, granit, silex...) aux moulins artisanaux et aux minoteries avant l'adoption des cylindres.
Vosges, Ardennes, Bassin Parisien, Pyrénées, Massif Central, Sidobre, Quercy, Rouergue, Périgord...
Au XIXè siècle la réputation des meules françaises de la Ferté-sous-Jouarre, Epernay, Etréchy, donne à ces carrières la dimension de grandes entreprises industrielles d'importance internationale.

Céréales

De Cérès déesse des moissons.
Plantes cultivées, généralement de la famille des graminées, base de la nourriture des sociétés occidentales depuis l'antiquité au moins. Les céréales moulues donnent la farine qui, pétrie et cuite au four, donne le pain. La farine permet aussi de préparer des bouillies. La couleur du pain varie avec la nature de la céréale utilisée et avec la pureté plus ou moins grande de la farine, c'est un indicateur du rang social :
- pain blanc, de froment, d'abord réservé au clergé, puis diffusé dans la noblesse, enfin dans la bourgeoisie ("pain du riche" dans l'Encyclopédie du XVIIIè siècle) ;
- pain gris ou bis, fait avec farine et son (blé et autres céréales) : pain du peuple ou pain du pauvre.

Châssis

Assemblage rectangulaire de grandes pièces de bois qui supporte l'axe horizontal de la roue hydraulique d'un moulin pendant. Ce châssis suspendu grâce à quatre poteaux peut être élevé ou abaissé en fonction du niveau du fleuve.

Coeur

Anneau central de la meule situé autour de l'oeillard, évidé et tranchant destiné à concasser le blé.

Conduit, coursier

Canalisation de bois qui dirige le courant d'eau sur les pales d'une roue.

Corps de métier

A l'époque proto-médiévale les rustres doivent faire face à tous les "travaux de subsistance" ; cultiver, moudre, forger, tisser, construire, tuer le cochon, écorcher un boeuf... C'est l'expansion médiévale du XIè siècle qui est la cause principale de la spécialisation et de l'urbanisation des "métiers" qui prennent "corps" et s'organisent en jurandes, arts, offices, guildes, hanses, confréries, bannières destinés à les protéger de la concurrence de travailleurs occasionnels que la "révolution technologique" (système d'attelage, moulins...) libère aux époques creuses des travaux champêtres. Ces corps de métiers se dotent de statuts (contrat d'assistance mutuelle), de réglementations avec prestation de serments aux consuls de la cité.

Coups perdus

Technique de rhabillage des meules consistant à piquer la pierre, au hasard, empiriquement, sur toute la surface travaillante (sans rayonnage ni machine).

Crapaudine

Petite cuvette de fer, ronde ou carrée, au fond de laquelle est enchâssé un grain d'acier sur lequel repose immédiatement le bout inférieur du pivot (de la meule), dans l'huile ou la graisse.

Crible

Appareil cylindrique à fond plat, percé de trous permettant de séparer graines et impuretés en fonction du calibre des trous.

Cric

Appareil composé d'une crémaillère entraînée par une manivelle (et des engrenages) munie d'un cliquet. Des crics sont disposés à chacun des poteaux solidaires du châssis de la roue hydraulique d'un moulin-pendant, permettant ainsi de l'élever ou de l'abaisser selon le niveau du courant. Dans certains de ces moulins ce sont des vis de bois qui permettent ces mêmes mouvements.

Cuillers, roue à cuillers

Roue horizontale dont les pales sont creusées à leur extrémité en forme de cuillers qui reçoivent l'eau motrice issue du coursier ou de la trompe.

Cuve (roue à cuve ou en "cuve")

Cylindre en pierre, bois, tôle ou béton, ouvert dans sa partie inférieure pour l'échappement de l'eau, dans lequel tourne la roue à pales obliques prise par le tourbillon de l'eau motrice (ancêtre de la turbine). Autre sens : archure (en Normandie).

Cylindres

Cylindres de métal ou de porcelaine mis au point au XIXè siècle pour remplacer les meules.
On distingue des cylindres lisses et des cylindres cannelés, des cylindres en fonte ordinaire, en fonte durcie, en acier ou en porcelaine... On les classe selon leurs fonctions en concasseurs, fendeurs, broyeurs ou désagrégeurs, convertisseurs. Les moulins peuvent être équipés de plusieurs cylindres montés sur le même bâti.

[A] [B] [C] [D] [E] [F] [G] [H] [I] [J] [K] [L] [M] [N] [O] [P] [Q] [R] [S] [T] [U] [V] [W] [X] [Y] [Z] [ Sommaire ] [ Accueil ]