Les meules Le tournant Piquage des meules La Ferté-sous-Jouarre Société Générale Meulière
 
La chambre des meules
 

Situé au-dessus de la chambre à eau, se trouve le moulin proprement dit. On y accède par une petite porte de 80 centimètres de large. Cette porte donne de plain-pied dans la pièce principale, la chambre des meules. Le sol peut être en terre battue, en dalles de schistes ou en plancher, le taülat. A l'intérieur le bois domine, les odeurs sont fortes et la lumière rare. Quelques "fenestrous" laissent passer la lumière et aèrent la pièce. Des niches aux dimensions réduites servent d'étagères. Une cheminée à foyer ouvert s'appuie sur l'un des murs. Le blutoir est disposé contre un autre mur.

Une ou deux paires de meules sont enfermées dans l'archure (ou archures), coffrage démontable. Ce coffrage enfermant d'assez près les meules peut être carré à pans coupés comme au moulin de la Mousquère, ou rond de préférence pour éviter l'accumulation de mouture dans les angles comme au moulin de Sarlabous.

Vers l'avant à la base des archures, s'ouvre l'anche, conduit incliné qui permet l'écoulement de la mouture d'entre les meules vers la huche farinière. Ce canal de bois est souvent masqué par un morceau d'étoffe destiné à atténuer l'envol de la poudre la plus fine de la mouture.

Le premier jeu de meules, mole bladère, est pour le blé, le second, mole milhère, pour les autres céréales seigle, sarrasin et maïs. On ne connaît pas exactement l'âge des meules du moulin de la Mousquère. Elles auraient d'après les témoignages d'anciens meuniers entre 100 et 150 ans, sachant qu'elles ne servent plus depuis une cinquantaine d'années. Selon l'écartement et le débit de l'eau, elles tournent entre 60 et 120 tours par minute.

 

Dans la plupart des petits moulins de montagne, la chambre des meules se trouvait placée directement sous le toit d'ardoises. Toutefois, certains moulins, plus importants, pouvaient avoir un grenier accessible par une échelle.

 

Haut de page